Les colonies pénitentiaires pour enfants au XIXe siècle


Enfants « assistés », pensionnaires à la colonie
de Mettray (Indre-et-Loire), début du XXe siècle.

Récemment, Nicole me faisait parvenir la liste d'enfants décédés vers la fin du XIXe siècle à la colonie pénitentiaire agricole de Tesson, aujourd'hui commune de Prissé-la-Charrière, en m'écrivant : « C’est au cours de recherches généalogiques que j’ai découvert ce bagne. Cette découverte fut pour moi une des plus émouvantes que j’ai faite... »

Pour ma part, j'ignorais jusqu'à présent tout de ces colonies, établissements plus ou moins privés où l'on pensionnait les enfants orphelins, pauvres ou délinquants, en leur faisant subir plusieurs années durant un régime d'éducation professionnelle martial.

Parmi les plus connues, Belle-Ile-en-Mer fut en activité jusqu'en 1977, avant que la pression populaire n'entraîne sa fermeture.


Voir à ce sujet l'article publié par Jean Claude Vimont sur Criminocorpus,
relatant l'histoire de la colonie de Belle-Ile-en-Mer.

Henri Bastard de Crisnay-Péré, dont l'aïeul fut maire du Grand-Prissé et employeur à titre privé des enfants de Tesson, publia l'histoire à rebondissements de ce bagne, fondé en 1873 et fermé tout juste neuf années plus tard, en 1882. Elle met en scène un homme d'affaire peu scrupuleux aux prises avec l'État, ainsi que des gens de bonne volonté, qui ne voyaient dans la colonie qu'une entreprise charitable.

Vous trouverez un résumé de cette histoire sur le site de la Foye, suivit par la liste des décès d'enfants relevés par Nicole, avec leur filiation :


La colonie pénitentiaire agricole de Tesson



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire